Plus de cent ans de passion : le miel

     Vers les années 1870-1890, Augustin Carmagnolle, fils d'agriculteur à Cotignac, commence à ramasser des essaims sauvages et les abrites dans des brusc (troncs d'arbre et écorces de chênes liège).

Petit à petit, il se constitue un cheptel et l'apiculture deviendra son métier.

Marié en 1880, il s'installe à Cotignac à la Puade. Il y restera jusqu'au mariage de sa fille Marie avec André Veyan (en 1920).

André Veyan et Marie Carmagnolle continuent l'apiculture.

Dans les années 1940, apparaît la ruche à cadre et le métier se rationalise. Les transhumances dans les Alpes se développent et commence la différenciation des miels (fleurs, montagne et lavandes). C'est l'époque du début des plantations de lavandins sur les plateaux de Riez et de Puimoisson dans le département des Alpes de Haute-Provence ce qui entraîne un essor de l'apiculture Provençale.

Leur fille Simone se marie en 1949 avec Yves Guieu originaire de Montagnac (04). Ils vont continuer la tradition apicole familiale.

 

Toujours plus loin avec ses ruches, Yves développe le cheptel et le panel des miels : l'acacia dans l'Isère et l'Ain, le sapin dans le Jura ou le Massif Central, le châtaignier et les bruyères dans les Maures ...

C'est l'époque bénie pour la production.

Mais la mondialisation des marchés ne simplifie pas la valorisation des petites productions...

 

Fabienne et Vincent JULLIEN et Laurence et Jean-Marie BEGUIN
Fabienne et Vincent JULLIEN et Laurence et Jean-Marie BEGUIN

Leurs filles, Fabienne et Laurence s'attèlent à la commercialisation tandis que leurs époux respectifs Vincent Jullien et Jean-Marie Beguin s'occupent des abeilles.